http://www.petitiononline.com/swan15/petition.html

A l'attention des Etats et de leurs institutions,

Cas 1 : Une jeune femme ayant subi un viol collectif, elle a rapporté ce
viol auprès de la police, la plainte a été enregistrée mais il n'y a eu
aucune investigation, ni charge ni rien, au moment de cet événement elle était
connue dans le secteur pour des faits de prostitution.

Cas 2 : Après avoir avoir donné son accord en échange de sexualité
contre des faveurs elle a été emmenée dans un endroit éloigné par un
client, battue et volée. Parce que cette personne est transgenre elle
avait peur d'aller vers la police car elle avait déjà été abusée par
eux dans le passé.

Cas 3 : Une femme a été arrêtée par la police qui cherchait son argent
et ont trouvé 5 préservatifs. La police a détenu cette femme sur la
suspiscion qu'elle travaillait en tant que prostituée.

La Déclaration Universelle des Droits Humains de 1948 établit que : "Nul
ne doit être soumis à la torture, ou à des traitements et punissements
cruels, inhumains et dégradants" (Article 5), et que : "Tous sont égaux
devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la
loi" (Article 7).

Les brutalités, les violences sexuelles, la corruption, les abus de la
police - les travailleuSEs du sexe expérimentent des niveaux plus élevés
que d'autres personnes de ce type de violence et criminalité.

La stigmatisation des travailleuSEs du sexe par la société et les
pouvoirs publics signifie que de tels violences et criminalité sont
souvent considérées comme normales, et comme une part de la vie et du travail
d'unE travailleuSE du sexe.

17 décembre Journée internationale pour mettre fin à la violence à
l'égard des TravailleuSEs du sexe
: Ne pas tourner la tête: la violence
contre les travailleuses du sexe n'est jamais acceptable !

En raison de la violence contre les travailleuSEs du sexe des milliers de
pères, mères, soeurs, frères, maris et femmes, partenaires et amis
souffrent.

En soutien de touTEs ceLLES qui ont connu la violence, nous les personnes
soussignés demandons que la violence contre les travailleuSEs du sexe doit être
reconnue et sanctionnée comme un crime.

Nous exigeons que touTEs les travailleuSEs du sexe, à l'instar de toute
autre personne, bénéficie à égalité de la même protection par l'Etat.

Cordialement,